CVC Solidaire

Jésus a dit : "J'ai eu faim et vous m'avez nourri; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire. Oui, à chaque fois que vous avez fait cela pour quelqu'un, c'est à moi que vous l'avez fait" (Mt 25:35,40).
Depuis ses origines, l'Eglise a toujours joué, à côté de sa mission spirituelle, une mission sociale dans le but de venir en aide aux plus démunis. Au CVC, c'est Brigitte et Jean-Luc qui ont eu à cœur de reprendre ce secteur sous le nom de "CVC Solidaire". Assurément, le Seigneur a béni: plusieurs magasins nous offrent leurs invendus. Ce qui nous permet de nourrir plus de 150 familles dans le besoin. L'abondance est telle que CVC Solidaire bénit même d'autres associations caritatives avec "ses surplus".
Brigitte & Jean-Luc nous livrent toutes les infos de ce merveilleux projet.

 

CVC Solidiaire dans la presse

Au commencement…
Initialement, fin 2012, nous nous sommes rendu compte que des personnes voulaient se débarrasser de meubles ou de vêtements et qu'en contrepartie d'autres familles recherchaient éventuellement ces objets. Nous avons pensé que nous pouvions servir d'intermédiaires. Nous en avons parlé à notre pasteur, et celui-ci, après en avoir discuté avec les responsables de l'église, nous a dit que c'était une super idée et nous a donné le feu vert.
Nous avons alors confectionné un tableau sur lequel figuraient, à l'aide de petites étiquettes, les listes des objets ou meubles que certains recherchaient ou que d'autres donnaient. Nous étions l'intermédiaire et mettions les gens en contact.
Des débuts timides
Le Centre Vie Chrétienne, sur ses propres fonds, distribuait déjà des colis alimentaires aux plus démunis de l'église. Mais n'ayant aucun subside, cela se limitait à quelques colis par mois. Les responsables nous ont demandé, à mon épouse et à moi, si nous pouvions nous en charger. Le système était assez simple : lorsque l'église apprenait qu'une famille était dans le besoin, elle nous demandait de prendre contact avec eux afin de connaître leurs principaux besoins. Nous nous rendions alors dans une moyenne surface et faisions des colis en fonction de la constitution de la famille.

Jusqu’à l’aide divine
Mais Brigitte a eu à cœur de chercher une solution pour pouvoir dépanner plus de familles et le faire régulièrement. Nous avons alors contacté les grandes et moyennes surfaces de la région de Mouscron. Hélas, les réponses étaient toujours les mêmes : ce n'était pas possible ou alors ils donnaient déjà à d'autres organismes, mais nous savions très bien que beaucoup de marchandises finissaient dans les bennes à ordures. Néanmoins, lorsqu’une enseigne nous répondait, nous les en remercions en leur laissant entendre que, si un jour ils changeaient de politique, nous étions là pour intervenir.
Début 2013, nous avons reçu un courrier de Delhaize Bruxelles nous demandant s'il était possible de nous rencontrer. Nous avons bien sûr répondu positivement et un responsable de la direction est venu nous voir. On nous a expliqué que Delhaize avait déjà pris des dispositions pour que 4 de leurs magasins situés en Flandre permettent à des associations caritatives de récupérer les marchandises à date. Ils avaient l'intention de faire de même en Wallonie et ils avaient pensé commercer par la région de Liège. Mais un responsable a souligné que, puisque nous les avions sollicités pour agir dans ce sens, nous serions à Mouscron les premiers à agir en Wallonie.
Nous devions de ce fait suivre une formation au sein de Delhaize ainsi qu’une autre formation auprès de l'AFSCA (l'organisme de contrôle sanitaire de l'alimentation). A la suite de cela, un contrat serait signé entre Delhaize et notre église.

Sur le terrain, comment ça fonctionne ?
Après avoir suivi ces formations, nous avons demandé aux fidèles de l’église si certains pouvaient nous aider. La démarche est simple, mais laborieuse. Il faut aller tous les jours dans le magasin et scanner les marchandises qui comportent une étiquette de réduction (articles arrivés à la date limite de vente ou de consommation). Les marchandises sont mises dans des bacs réfrigérés afin de respecter la chaîne de froid. Une fois le listing imprimé, il faut repartir le plus vite possible pour mettre les marchandises dans des congélateurs qui se trouvent dans un local que le CVC nous a permis d’occuper. Là, il faut mettre une étiquette sur chaque produit avec la date d'enlèvement qui devient également la date de mise en congélation (obligation légale).

La distribution aux plus nécessiteux
Nous avons commencé la distribution une fois par semaine auprès des familles que nous avions dépannées dans le passé. Nous avons commencé avec 12 familles en avril 2013. A cette époque, nous donnions les excédents à d'autres associations caritatives (Resto du cœur, St Vincent de Paul, etc.)
Un peu à la fois, notre action a été connue sur Mouscron et des familles dans le besoin, ne faisant pas forcément partie de notre église, sont venues nous demander de l'aide. Bien entendu, nous avons accepté, ne faisant aucune discrimination politique ni religieuse. Nous avions une mission : dépanner les personnes dans le besoin, c'est tout.

Victimes du succès
Le nombre de bénéficiaires a vite grimpé et rapidement, nous avions besoin de récupérer davantage de marchandises pour satisfaire la demande. C’est alors qu’un nouveau magasin « Red Market » est venu s'installer dans les anciens bâtiments de Delhaize à Mouscron. Nous sommes allés à leur rencontre et nous avons eu l'énorme bonheur qu’ils acceptent également de nous donner leurs excédents (en partage avec une autre association). Nous avons dû alors investir dans l'achat d'autres congélateurs et réfrigérateurs car nous essayons de donner, en plus de la marchandise congelée, des produits frais.
Actuellement, d'autres commerçants de Mouscron nous appellent également de temps en temps pour nous donner des marchandises alimentaires. Et, de notre côté, nous continuons à démarcher les magasins car régulièrement de nouvelles familles viennent nous demander de l'aide.

Et les vêtements ?
Nous sommes continuellement à la recherche de nouveaux moyens de ressource car nous ne recevons aucun subside. De ce fait, parallèlement aux colis alimentaires, nous organisons des ventes de vêtements de seconde main à très bas prix pour nous permettre de compléter les colis avec d'autres marchandises.

      

Aujourd'hui
Aujourd’hui, environ 170 familles sont inscrites mais notre distribution se déroule maintenant 2 fois par mois par rotation entre les familles : le 2e et 4e jeudi du mois (de 14h à 18h). Nous pouvons leur distribuer de la viande, du poisson, du fromage, des desserts, des gâteaux, des légumes, du laitage, de la crémerie…
L'église supporte généreusement le coût de l'électricité car plusieurs congélateurs et réfrigérateurs qui tournent en permanence consomment beaucoup d’énergie.
Nous sommes tous bénévoles. Nous avons fait de ce bénévolat un emploi à plein temps car il faut continuellement assurer les plannings d'enlèvement, vérifier le bon état de la conservation, préparer les distributions, faire des enlèvements, etc.
Nous avons investi dans l'achat de matériel frigorifique. Certains nous ont été donnés gratuitement mais nous devons encore investir dans l'achat de nouveaux appareils.

Comment devenir bénéficiaire ?
Nous demandons aux familles bénéficiaires de nous fournir une composition de famille et d’autres informations que nous gardons strictement confidentielles. Nous le faisons car ces renseignements sont obligatoires afin d’éviter les abus. Néanmoins, nous pouvons dire que les familles qui viennent demander de l'aide sont réellement des familles qui ont besoin qu'on les dépanne.
Lors de la distribution, nous les écoutons, nous les conseillons et surtout nous les recevons dans une ambiance agréable et familiale. Café et petites douceurs sont là pour les mettre à l'aise. Nous les dépannons, mais nous ne leur faisons pas l’aumône. Il est important de respecter la dignité des gens. Beaucoup de liens affectifs se créent avec ces familles.
Nous sommes conscients que cette situation peut se produire dans n'importe quelle famille et que personne n'est à l'abri. Il y a des gens en médiation de dettes, au chômage… mais aussi des gens qui travaillent et qui ne s'en sortent plus. Nous ne jugeons pas et c'est d'ailleurs une force pour nous de ne pas dépendre de banques alimentaires qui ont parfois des critères de sélection assez rigides.

Et nous dans tout ça ?
Nous sommes heureux de pouvoir faire cette action, de pouvoir dépanner ces personnes car nous vivons dans un contexte qui fait que malheureusement de plus en plus de personnes risquent de se trouver dans cette situation. Nous espérons sincèrement que cette action pourra durer le plus longtemps possible.
Certains bénéficiaires ont déjà franchi le pas pour rejoindre notre assemblée. D'autres ont placé leurs enfants dans l’école l’Arche, en relation avec notre église. Nous ne sommes qu'un des nombreux chemins qui peuvent amener les gens au Seigneur. Nous prenons beaucoup de joie dans cet engagement et sommes heureux que, dans cette action qui est l’œuvre de Dieu, nous ayons été choisis pour être les serviteurs du Seigneur et agir en son nom.
Nous ne cessons de remercier le Seigneur pour tout ce qu'il a déjà fait et continue à faire pour nous aider.

Jean-Luc & Brigitte               

Info contact

Eglise protestante évangélique charismatique
Centre Vie Chrétienne de Mouscron

Rue de Roubaix, 98
7700 Mouscron